Serrez-vous les dents ?

Plus sur Serrez-vous les dents ?

Télécharger le PDF 

SERREZ-VOUS LES DENTS ? PINCEZ LES LÈVRES ! TECHNIQUE DE HARTMANN - BRATZLAVSKY (POUR L'INHIBITION DU NERF TRIJUMEAU [V] PAR LE NERF FACIAL [VII])

CETTE TECHNIQUE PRÉCÈDE ET COMPLÈTE LA PROCÉDURE SOS®                   

[Inhibition du nerf Trijumeau par le nerf facial] http://www.tmd-dentalmedical.org/index.php

Si vous êtes quelqu'un qui "crispe souvent et fortement les mâchoires, dents serrées", ce qui suit vous intéresse. Avant tout, souvenez-vous : les dents sont aussi et surtout des organes de tact !

La plupart des individus ne sont pas conscients de "crisper les mâchoires, dents serrées".

Prenez le temps de vous observer durant la journée, surtout lors d'activités normales qui réclament de l'attention, de la concentration:

  • conduire un véhicule
  • se servir de l'ordinateur
  • regarder la télévision
  • éplucher les légumes
  • se maquiller
  • bricoler, etc.

Si vous souffrez de douleurs et / ou de troubles pour lesquels les traitements demeurent inefficaces, trois conseils fort simples vous permettront de lutter efficacement contre le serrement intempestif de dents, sans passer par la pose contraignante d'une «gouttière»:

  Le premier se fonde sur des arguments issus de la recherche fondamentale : lorsque vous vous apercevez que vous serrez les dents, pincez fortement les lèvres l'une contre l'autre. Attention, il ne s'agit pas de pincer une lèvre entre les dents ! Lorsque vous avez fini de parler par exemple, les lèvres sont contact mais les dents ne se touchent pas. Vous appuyez vos lèvres l'une contre l'autre en augmentant progressivement la force et vous maintenez la pression durant 30 secondes. L'exercice doit être répété toutes les 30 minutes (soit env. 30 x / jour) ........  et ce pendant 3 semaines pour un résultat optimum.

Ce phénomène décrit par Bratzlavsky s’explique par les connexions existant entre le nerf facial, qui commande les muscles des lèvres (actionnés lors du pincement volontaire), et le nerf trijumeau, qui commande les muscles masticateurs (responsables du serrement de dents) : la mise en action du premier (nerf facial) inhibe l'action du second (nerf trijumeau).

Grâce à cette méthode simple, il n’est pas rare d’observer des résultats inattendus, voire ahurissants. Par exemple, sans aucun antalgique ni anti-inflammatoire, vous pourrez constater la disparition relativement rapide de certaines crampes au niveau des mollets au fur et à mesure que diminue votre tendance à serrer fortement les dents.

  Un autre conseil consiste à coller de petites gommettes colorées (couleur de votre choix) à des endroits familiers, spécialement là où vous êtes amené(e) à exercer votre attention, votre concentration : tableau de bord de voiture, écran d’ordinateur ou de télévision, miroir de salle de bain, sac à main, plan de travail en cuisine ou à l'atelier, etc.

La perception de ce «signe-signal» vous aidera à détendre les muscles masticateurs, c’est-à-dire, là encore, à diminuer votre tendance au serrement excessif de dents. Peut-être avez-vous connu cette pratique, interdite de nos jours, qui consistait au cinéma à intercaler dans les 16 images / seconde nécessaires à l'obtention d'un mouvement non saccadé UNE SEULE image publicitaire ; non perçue visuellement, mais parfaitement imprimée dans l'inconscient, cette image dite "subliminale" provoquait à l'entracte une ruée des spectateurs vers les glaces au chocolat ! La gommette agit selon le même principe.

  Enfin, pour lutter contre le serrement nocturne, il est conseillé de s’endormir chaque  soir, lèvres pincées fortement, sur une image agréable, un souvenir de votre choix ; ceci impressionne favorablement la qualité du sommeil à venir. Le résultat se manifestera par exemple par la diminution progressive, voire la disparition, d’un symptôme récurrent : la fatigue au réveil.

Un dernier point important : si vous désirez en retirer tout le bénéfice, il est impératif de vous impliquer totalement et de manière persévérante dans la mise en application de ces 3 conseils.

IMPLICATION SERIEUSE = grande chance de réussite

IMPLICATION DESINVOLTE = échec assuré

Sources :

1. Bratzlavsky M (1972) Reflexes with intra-oral afferents in human lip musculature. Experim Neurol 37: 179-87

2. Bratzlavsky M (1976) Pauses in activity of human joint closing muscles. Experim Neurol 36: 160-5

Rappel : en fin d'anamnèse et avant l'intervention de Soustraction Occlusale Séquentielle®, nous recommandons au patient de procéder dans la mesure du possible à une application préalable de la technique de Hartmann-Bratzlavsky (inhibition du V par le VII). Même s'il n'effectue le pincement des lèvres que partiellement (pas assez souvent ou durant un laps de temps trop court avant l'intervention), on obtiendra néanmoins les deux précieux avantages suivants :

1° Neurophysiologiquement, le patient verra sa sensibilité discriminatoire notablement amplifiée.

2° Il sera par conséquent plus à même de renseigner l'opérateur sur les infimes différences ressenties entre les côtés droit et gauche.

Prof. Francis HARTMANN : communications, témoignages, commentaires

Ci-dessous, quelques communications et témoignages aimablement transmis à l'intention de nos lecteurs et que l'on peut retrouver en grande partie sur le site: www.tmd-dentalmedical.org

Serrement des dents / clenching

Après 40 ans de recherche fondamentale et clinique, nous sommes en mesure de confirmer, chez le sujet stressé, l'effet pernicieux pour l'organisme de la crispation continuelle des mâchoires dents serrées. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les dents des mammifères, homme compris, sont susceptibles dans ces conditions d'adresser des messages sensitifs dans différentes régions du Système Nerveux Central:

  • la moelle épinière (de la nuque jusqu'au bas du dos)
  • le cervelet
  • le centre des nausées et du vomissement, (Cf. dans notre site, rubrique "documentation")

paragraphe "Neurophysiologie"/schémas)

  • l'hypothalamus
  • les noyaux vestibulaires (vertiges), etc.

Et de donner des troubles divers:

  • acouphènes, à type de bourdonnements dans les oreilles (les sifflements sont exclus)
  • troubles cardio-vasculaires et troubles du sommeil (les U.S.A ont consacré pour la Recherche, depuis le début de ce siècle, des sommes considérables)
  • fatigue le matin au réveil
  • vertiges, nausées

Les chercheurs des sciences fondamentales ont depuis longtemps décrit les trajets et les terminaisons de ces informations (Cf. notre bibliographie). Chez un sujet stressé (femmes 80%, hommes 20%), cette mauvaise habitude peut induire des douleurs à distance de la bouche et des dents (par exemple douleurs dans la nuque, crampes dans les mollets) accompagnés des troubles associés précités. (Cf. schémas explicatifs dans notre site, sous rubrique "documentation", paragraphe "anatomie".

Attention ceci ne concerne que les patients stressés qui crispent les mâchoires dents serrées. On appelle cela une "parafonction".

Si cette parafonction n'est pas retrouvée dans l'interrogatoire du praticien ou, par le biais de l'aveu spontané du sujet stressé, ce dernier doit impérativement consulter son médecin. Il faut savoir que de nombreux patients stressés ne se rendent pas compte de leur crispation.

Un point important, le grincement de dents avec usure des dents ne doit en aucun cas être confondu avec le serrement de dents.

Ne laissant pas de trace, seul l'interrogatoire du praticien ou l'aveu spontané du patient stressé permettront d'orienter le diagnostic.

Pour les sceptiques, il est conseillé d'écouter attentivement les quelques mots contenus dans la rubrique "vidéoconférence", ils ne peuvent être que convaincus.

Professeur Francis HARTMANN www.tmd-dentalmedical.org

Attestation : Je, soussignée M e-M e P T, née B E, certifie ne plus ressentir aucune crampe dans les mollets, le matin au réveil, et ce, depuis le mercredi 3 décembre 2008. Des années durant, et malgré une prise importante et quotidienne de comprimés de magnésium, j'ai souffert de crampes, pratiquement à chaque réveil. Le dimanche 30 novembre 2008, sur les conseils du Professeur Francis HARTMANN, j'ai commencé à supprimer continuellement la crispation de mes mâchoires, soit par pincement des lèvres, soit en collant ma langue entre mes incisives supérieures. Aujourd'hui, je ne peux que constater la réalité des faits. Je suis la première étonnée, mais aussi, infiniment soulagée par ce résultat spectaculaire. Avec la disparition totale des crampes, j'ai également retrouvé un sommeil de bien meilleure qualité, qui influence, sans aucun doute, mon état général et mon humeur.

Fait à A e, le 10 décembre 2008

M e-M P

Attestation : Je soussignée Anne-Marie B. née R., certifie avoir ressenti durant de longues années, le matin au réveil, une fatigue générale, des douleurs dans le dos (cervicales, dorsales et lombaires), dans la hanche gauche, et surtout ressenti des crispations et des crampes dans les deux mollets. J'avais également des raideurs dans la nuque et, occasionnellement, des démangeaisons dans le cuir chevelu et les oreilles. Seul le pincement incessant de mes lèvres m'a permis de supprimer la crispation continuelle de mes mâchoires dents serrées, responsable de tous les maux précités. A l'heure actuelle et malgré mon âge (72 ans), je suis débarrassée de toutes douleurs cervicales, dorsales et lombaires ainsi que de la hanche. Les crispations, les crampes dans les mollets et tous les autres désagréments ont définitivement disparu. On m'avait dit que tous mes troubles provenaient d'une fibromyalgie ou d''un syndrome de fatigue chronique. Je constate à présent qu'il n'en était rien.

Fait à NICE, le 1er février 2008

Anne-Marie B

Attestation : Je soussignée, M. C., atteste les faits suivants : Je suis âgée de 77 ans. Depuis une vingtaine d'années des crampes aux mollets me réveillaient toutes les nuits, m'obligeant à me lever en attendant que cette douleur fulgurante s'atténue. N'ayant jamais souffert de crampes j'ai tout d'abord incriminé le nouveau traitement que je prenais pour combattre ma tension artérielle. J'ai donc changé de remède : sans aucun effet. Mon médecin m'a alors prescrit du magnésium, ce que j'ai fait pendant un certain temps mais malheureusement les crampes persistaient et mes nuits étaient toujours aussi agitées. C'est alors que le Pr Francis HARTMAN me conseilla de pincer mes lèvres afin d'éviter de serrer les dents. Sans y croire j'ai quand même essayé et, aussi étonnant que cela puisse paraître, mes crampes ont totalement disparu.

A St C. le 15 / 12/ 08

Commentaires du Prof. HARTMANN : Comment expliquer un fait si surprenant?

" La neurophysiologie nous en donne la réponse.

Dans les années 70, un neurophysiologiste belge, à consonance polonaise, BRASTLAVSKY est venu en donner l'explication au Laboratoire de Neurobiologie du C.N.R.S. (Marseille), où je préparais ma thèse expérimentale de 3ème cycle en Sciences Odontologiques.

Je fais court: le VII inhibe toujours le V

Dans toutes les circonstances le nerf facial (VII) inhibe l'activité du nerf trijumeau (V). Je passe sur la description électrophysiologique éblouissante que nous en fit l'auteur, épreuve, contre-épreuve. Bref, indiscutable ! Ce qui resta dans ma mémoire, ce fut cette phrase : le VII inhibe toujours le V.

Dans ma consultation que m'avait accordée le Directeur de l'Assistance Publique sur les problèmes de la douleur, j'eus l'idée d'appliquer sur mes malades cette loi neurophysiologique.

Les muscles orbiculaires des lèvres innervés par le VII devaient par conséquent naturellement inhiber les motoneurones des muscles masticateurs innervés par le V.

C'est ce j'ai pu observer sur des centaines et des centaines de malades et TOUJOURS AVEC SUCCÈS, dès lors que le pincement des lèvres était effectué correctement. "L'échec provenait toujours d'un manque de motivation du patient voire de son scepticisme."

Dr André RATIO :  communication et commentaire
Docteur André RATIO, médecin et ostéopathe
67 Bld de Courcelles - 75008 PARIS

Sciatique :

Paris le 14 Octobre 2009

Depuis Décembre 1999, j'étais accablé par une sciatique gauche L4L5.

En 2000 puis en 2004 on pratique 2 interventions en neurochirurgie à la suite desquelles fibrose locale et nouvelle compression herniaire me laissent un handicap douloureux.

En 2005 et 2006 j'ai vainement recours à une tentative de résolution de ma sciatique par une solution orthodontale (port d'un matériel occlusal).

En 2007 ma déception demeure, d'autant plus grande que les acteurs de santé intervenus pour tenter de résoudre ma difficulté sont de premier rang.

Suite à une rencontre opportune avec le Professeur Francis HARTMANN, j'adopte sa proposition de pratiquer un travail de serrement par morsure de l'orbiculaire des lèvres dans l'espoir d'obtenir par compression du nerf facial (et selon Le Professeur F. HARTMANN) une inhibition de la voie nociceptive entretenue par l'implication du nerf trijumeau.

Je dois ajouter que le serrement labial d'une commissure à l'autre m'a permis de reconnaître des zones épaissies, plus spécifiquement sensibles que je travaillais avec plus d'insistance.

Moins de 3 semaines après l'adoption de ce travail, ma sciatique s'estompe puis lève le pied (30 séquences de morsure au quotidien d'une quarantaine de secondes chacune durant 3 semaines).

Dès lors, je conseillais à mes patients souffrant de compression herniaire de pratiquer le même exercice en insistant sur les zones plus sensibles et plus nodulaires du périmètre labial.

J'ai régulièrement secouru des patients affectés de radiculalgies rebelles en doublant le traitement ostéopathique de l'exercice labial préconisé par le Professeur Francis HARTMANN.

Dr André RATIO

Professeur associé à l'Université Fernando Pessoa de Porto.

Ostéopathe DO – MROF. Docteur en Médecine, diplômé de Médecine du Sport,

Directeur-fondateur du Conservatoire Supérieur Ostéopathique Français, (Paris-Toulouse)

http://www.andreratio.com/