Douleurs chroniques, équilibre dentaire, la fibromyalgie

Plus sur la fibromyalgie

FIBROMYALGIE [FMS]

La fibromyalgie est une pathologie homologuée par l'American College of Rheumatology en 1990. Muhammad B. Yunus, Professeur de Médecine, Université de l'Illinois, USA, en fait la description dès 1981.

En 2007, il propose de rassembler sous l'appellation "syndrome d'hypersensibilisation du Système Nerveux Central" (Central Sensitivity Syndrome : CSS) un groupe de cinq pathologies psycho-somatiques dont le point commun est une hypersensibilité d'origine centrale aux stimuli douloureux et non douloureux.

Il s'agit :

  • du syndrome de fibromyalgie (FMS),
  • du syndrome de fatigue chronique (SFC),
  • du syndrome du colon irritable (IBS),
  • du syndrome de la vessie irritable ou cystite interstitielle (IC),
  • des céphalées de tension (T-T).

D'autres symptômes peuvent s'y ajouter, réalisant un concept global (CSS) selon le schéma ci-dessous: parmi ceux-ci les TMD ou "Temporo-Mandibular Disorders", en relation directe avec la malocclusion et les phénomènes de bruxisme centré (clenching) qui nous intéressent au premier chef dans cette présentation. 

CSS

Muhammad B. Yunus

Fig . Currently proposed members of the CSS family.
The common binding glue of pathophysiology among them is central sensitization.

CSS, Central Sensitivity Syndrome
IBS, Irritable Bowel Syndrome
T-T headache, Tension-Type headache
TMD, Temporo-Mandibular Disorders
MPS, Myofascial Pain Syndrome
RSTPS, Regional Soft-Tissue Pain Syndrome
PLMS, Periodic Limb Movements in Sleep
MCS, Multiple Chemical Syndrome
FUS, Female Urethral Syndrome
IC, Interstitial Cystitis
PTSD, Post-Traumatic Stress Syndrome


Bibliographie: Central Sensitivity Syndromes : A new Paradigm and group Nosology for fibromyalgia and Overlapping Conditions, and the Related of Disease versus Illness. Muhammad B. Yunus, MD. 2008 Elsevier Inc. Semin Arthritis Rheum 37 : 339 – 352

Les fibromyalgiques se plaignent souvent de troubles occlusaux, c'est à dire qu'ils éprouvent une difficulté à serrer les dents ou simplement à les mettre en contact.1 2 3 4 5 6 Cette dysharmonie occlusale est génératrice de neuromédiateurs (ou neurotransmetteur = substance chimique permettant principalement la « communication » entre neurones), notamment la substance P, qui se diffuse dans tout l'organisme (capillaires, mastocytes…) qui libèrent à leur tour des substances excitatrices pour les fibres de la douleur : histamine, sérotonine, bradykinine…7 8 9 Un simple mouvement orthodontique se traduit par une alerte donnée par la sécrétion de neuromédiateurs d'action ultra-rapide : les tachykinines, dont la substance P.10 11 On notera que cet excès de substance P d'origine dentaire disparaît avec le cortège de symptômes dès que le problème dentaire est résolu.

En outre, le problème du serrement doux et prolongé des dents (soft clenching) peut dans certains cas être responsable d'un grand nombre de symptômes "fibromyalgique-like".

Le parfait alignement des structures dentaires, tel que cela est entendu au sens ostéopathique, peut donc modifier de manière importante la symptomatologie du syndrome fibromyalgique-like. En outre, l'expérience clinique semble montrer qu'une partie des personnes atteintes ont subi des traitements orthodontiques. L'intervention de "Soustraction Occlusale Séquentielle® SOS" semble apporter au minimum un confort occlusal, tout en ayant l'avantage d'éviter des médications à long terme,12 13 et entraîne bien souvent un amendement significatif de l'ensemble des symptômes  (voir chapitre "cas cliniques").

BIBLIOGRAPHIE

1 Aaron LA, Burke MM, Buchwald D. “Overlapping conditions among patients with chronic fatigue syndrome, fibromyalgia, and temporomandibular disorders”.Tobacco use and chronic fatigue syndrome, fibromya...

2 Balasubramaniam R, de Leeuw R, Zhu H, Nickerson RB, Okeson JP, Carlson CR. “Prevalence of temporomandibular disorders in fibromyalgia and failed back syndrome patients: a blinded prospective comparison study.” Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol Endod. 2007 Aug; 104(2):204-16. Epub 2007 May 7.

3 Hedenberg-Magnusson B, Ernberg M, Kopp S. Symptoms and signs of temporomandibular disorders in patients with fibromyalgia and local myalgia of the temporomandibular system. A comparative study. Acta Odontol Scand. 1997 Dec;55(6):344-9.

4 Hoffmann RG, Kotchen JM, Kotchen TA, Cowley T, Dasgupta M, Cowley AW. “Temporomandibular Disorders and Associated Clinical Comorbidities”. Clin J Pain. 2010 Dec 20.

5 Leblebici B, Pektas ZO, Ortancil O, Hürcan EC, Bagis S, Akman MN.., “Coexistence of fibromyalgia, temporomandibular disorders, and masticatory myofascial pain syndromes.” Rheumatol Int. 2007 Apr; 27(6):541-4. Epub 2006 Nov 10.

6 Plesh O, Wolfe F, Lane N. “The relationship between fibromyalgia and temporomandibular disorders: prevalence and symptom severity.” J Rheumatol. 1996 Nov; 23(11):1948-52.

7 Cesselin F, Oliveras JL, Bourgoin S, Sierralta F, Michelot R, Besson JM, Hamon M. “Increased levels of Met-enkephalin-like material in the CSF of anaesthetized cats after tooth pulp stimulation”. Brain Res. 1982 Apr 15; 237(2) : 325-38.

8 Goodis H, Saeki K. “Identification of bradykinin, substance P, and neurokinin A in human dental pulp”. J. Endod. 1997 Apr; 23(4):201-4.

9 Kvinnsland I, Heyeraas KJ. “Effect of traumatic occlusion on CGRP and SP immunoreactive nerve fibre morphology in rat molar pulp and periodontum.” Histochemistry. 1992;97(2):111-20.

10 Nicolay O, Shanfeld J, Davidovitch Z, Alley K. “SP immunoreactivity in the dental pulp and periodontium during tooth movement.” Ann N Y Acad Sci. 1991;632:452-4. No abstract available.

11 Norevall LI, Forsgren S, Matsson L. “Expression of neuropeptides (CGRP, substance P) during and after orthodontic tooth movement in the rat.” Eur J Orthod. 1995 Aug;17(4):311-25.

12 M.A Clauzade et B.Darraillans : « Concept Ostéopathique de l'occlusion » 1989 - 490 pages SEOO Editeur Perpignan

13 Mergui A., « La Fatigue chronique ou fibromyalgie, la reconnaître, la combattre, la traiter » 2002- 246 pages-Trédaniel Editeur

LES NOUVEAUX CRITÈRES DE DIAGNOSTIC
DE LA FIBROMYALGIE [FMS]                 

Source : Liliana Belgrand, Alexander So :  Critères de diagnostic de la fibromyalgie . Rev Med Suisse 2011;7:604-608  http://rms.medhyg.ch/

Contact auteur(s)

Liliana Belgrand, Service de rhumatologie
Département de l’appareil locomoteur
CHUV, 1011 Lausanne
liliana.belgrand@chuv.ch

 

Alexander So, Service de rhumatologie
Département de l’appareil locomoteur
CHUV, 1011 Lausanne
alexanderkai-lik.so@chuv.ch

Résumé

La fibromyalgie est une entité très controversée et très actuelle. C’est la pathologie douloureuse chronique la plus importante avec une prévalence de 2 à 4% dans la population générale et un ratio de 3,5% de femmes pour 0,5% d’hommes. Depuis 1990, la fibromyalgie a été définie selon les critères de l’American College of Rheumatology (ACR). L’utilisation de ces critères a un intérêt controversé en pratique quotidienne et diverses études ont montré qu’un pourcentage important de fibromyalgiques sont diagnostiqués sans les critères ACR. Cet article se propose de décrire une méthode alternative pour diagnostiquer la fibromyalgie.....

De nouveaux critères de diagnostic de la fibromyalgie ont déjà été édité en mai 2010 mais sont toujours en phase de validation (accord 88,1 % avec les anciens de l'ACR de 1990). Les points gâchettes ne sont plus considérés.

1) Douleurs diffuses : 19 régions anatomiques répertoriées
= score max. 1) 19

2) Symptômes divers et sévérité : 
    a) majeurs:                    

Fatigue
Sommeil non réparateur
Troubles cognitifs


score :

  • 0 pas de problème
  • 1 léger, intermittent
  • 2 modéré, souvent présent
  • 3 sévère, continu affecte qualité de vie    
    = score max. 9

   b) symptômes somatiques:  

asthénie
mémoire
céphalée
nausée
spasme urinaire
...et jusqu'à 41 symptômes répertoriés !


score :

  • 0 pas de symptôme 
  • 1 rares symptômes (1 à 10 sympt.)
  • 2 plusieurs symptômes (11 à 24 sympt.)
  • 3 très nombreux symptômes (+ de 25 sympt.)
    = score max. 3


= score max. 2) 12

Diagnostic confirmé:

  • si score douleurs diffuses > 7 et score symptômes divers et sévérité > 5
  • ou score douleurs diffuses entre 3-6 et score symptômes et sévérité > 9

Réf.: Arthritis Care - Research, Vol. 62 No 5, May 2010, pp 600-610 (Frederick Wolfe, Daniel J. Clauw, and Muhammad B. Yunus)