Le soft clenching syndrome

Plus sur le soft clenching syndrome

sos.png

Les dernières recherches en IRM fonctionnelle effectuées par M Trulsson 1, S T. Francis, R Bowtell, F McGlone (2010) [Activations du cerveau en réponse à une stimulation vibrotactile : une étude psychophysiologique réalisée à l'IRMf (IRM fonctionnelle) J. Neuro-physiol 104: 2257-2265] (cf chapitre "recherche fondamentale) appellent le commentaire suivant du Prof. Hartmann :

"A la réflexion, ce n'est plus le serrement (clenching) fort mais plutôt le serrement des dents durable qui interviendrait sur le plan pathologique: en fait un "clenching" constant et fréquent à basse fréquence. La fatigue matutinale serait la simple conséquence mécanique et physiologique de l'effort constant musculaire d'un "strong clenching" (serrement sévère) [ou "hard clenching, Ndr.] nocturne. Ce ne serait que dans les moments de '"mild clenching" (serrement doux) [ou "soft clenching, Ndr.] que les différentes projections des afférences dentaires dans les territoires éloignés produiraient leurs effets délétères. La projection des dents dans le cortex insulaire montre à l'évidence que le patient sur le fauteuil dentaire possède un pouvoir de discrimination hautement élevé. Toute obturation, toute prothèse fixe placée dans le cabinet de l'odonto-stomatologiste doit être perçue comme confortable par le patient. La moindre gêne ne saurait être tolérée par celui-ci. Dire à son patient: "ça va s'adapter" est une imposture neurophysiologique.

Prof. Hartmann

En l'absence d'une statistique dûment documentée, il paraît difficile d'établir la prévalence d'une forme de clenching sur l'autre (hard clenching versus soft clenching). Cependant, l'expérience clinique (plus de 1'000 cas sur 8 ans) nous fonde à penser, au vu des divers ressentis du patient, qu'ils sont tous deux concomitants, mais dans des formes et intensités variable. Ainsi :

  • lorsque le hard clenching nocturne est avéré, il l'est soit par le patient (tensions et crispations musculaires résiduelles au réveil), soit par un témoin fiable (conjoint par ex.),
  • un hard clenching nocturne intense peut néanmoins rester non conscientisé, mais apparaîtra parfois au clinicien dans toute son évidence par l'empreinte des dents persistant toute la journée sur les côtés de la langue (bords "festonnés"),
  • un hard clenching diurne peut parfois perdurer, en association avec des phases de soft clenching,
  • de par la faiblesse du contact dento-dentaire, le soft clenching (diurne) est dans un premier temps peu ou pas du tout conscientisé par le patient,  sauf en cas de persistance d'un hard clenching diurne modéré,
  • ce n'est souvent que lors de l'anamnèse - ou quelques heures plus tard - qu'après avoir été mis en condition de "s'écouter", il en prend véritablement conscience,

De ces quelques constatations, il est permis d'émettre l'hypothèse que hard et soft clenching soient apparemment concomitants. Il apparaît qu'en cas de hard clenching nocturne, la présence d'un soft clenching diurne est une évidence. Le contraire est cependant moins sûr, un soft clenching diurne n'est pas forcément accompagné d'un hard clenching nocturne. La malocclusion n'étant pas seule en cause, l'importance d'événements psycho-sociaux et l'intensité d'un stress éventuel restent difficiles à évaluer et leurs conséquences peuvent varier fortement d'un patient à l'autre.

Pour conclure :

  • L'expérience clinique
  • La recherche fondamentale
  • La bibliographie

incitent à présenter comme hypothèse de travail le "Soft Clenching Syndrome (SCS)" qui signe dans un certain pourcentage de cas une origine dentaire à cette maladie systémique qu'est la fibromyalgie.

En effet, dans le cas précis où il peut être mis en évidence que le patient fibromyalgique est sujet au serrement des dents (clenching), ce diagnostic devrait être purement et simplement écarté.

cf. tableau ci-dessous (volontairement simplifié). 

Schéma SCS

hypothèse physiopathologique - jean-claude crottaz


Petite mise au point dialectique concernant le "Soft Clenching Syndrome" [SCS] :  

Voici les deux expressions qui se rapprochent le plus de ce qu'on veut exprimer et qui sont préexistantes:

Prof. Jeanmonod : "crispation des mâchoires dents serrées". Il y manque la notion de douceur, antinomique de crispation, et surtout l'appellation de syndrome. Pour être complet, il faudrait donc dire "syndrome de crispation douce des mâchoires dents serrées".

Les Japonais : "habitude de contacts dentaires". Il y manque aussi ces deux éléments. On devrait donc dire: "syndrome d'habitude de contacts dentaires doux".

Sans ces ajouts, les deux expressions ne décrivent qu'un phénomène, le serrement des dents. Or il est primordial d'en indiquer la douceur, le "hard" n'entraînant pas les mêmes effets que le "soft", éminemment pathogène "à distance" et par là-même révélateur d'un syndrome dont il n'est par ailleurs aucunement fait mention dans ces énoncés.

En outre les deux expressions modifiées sont moins concises, moins compactes que l'anglais.

Schéma SCS

Du point de vue académique, "Soft Clenching Syndrome" nous paraît adéquat à la fois par sa concision et sa description, et parfaitement clair pour le professionnel lambda.

Quant au grand public, la majorité des syndromes, symptômes, techniques, méthodes... en général accompagnés du nom de l'auteur ou des auteurs, doivent de toute manière être développés, et pas toujours de manière succincte. Dire à votre patient qu'il doit appliquer la technique de Hartmann-Bratzlavsky sans explications subséquentes ne va sans doute pas être suffisant.

Schéma SCS 03

La main du marionnettiste est le cerveau (SNC),
les ficelles sont les nerfs crâniens, et l'organisme
est représenté par la marionnette